Portugal 2018: Mission accomplie!

Ça y est, c'est fait! Vendredi le 6 avril, on est arrivés à la fin de la terre, Finisterra. C'est là que nous avons pris la photo trophée de ceux qui s'y rendent, la fameuse borne du "km 0" qui représente la fin du chemin. C'est une étape importante de notre aventure, et de notre vie. Est ce que ce monument représente la fin de nos aventure? Mmmmh...j'en doute...



En effet, d'être rendus là, on trippait vraiment!

Depuis notre départ de Padròn, six jours plutôt intenses nous ont durement mis à l'épreuve. La pluie était constante, toujours, tout le temps. Même les locaux n'en reviennent pas. Et les vents sont...suprenants. Mercredi, on s'est fait prendre sur un altiplano (un sommet dénudé de tout végétation qui dépasse 60cm. Dons une exposition totale aux éléments). Une tempête de grèle nous est tombée dessus avec des vents de fou. La vitesse des grêlons pinçait à travers nos vêtements. On à dû se mettre à genoux en petite boule dos au vent pour se protéger avec nos sacs à dos. Après deux heures de descente trempés et "un peu" démoralisés, on remarque que le vent s'accentue et que surtout, les éoliennes en haut de la montagnes s'arrêtent toutes en même temps. Inquiétant? En effet. 5 minutes après, on voit la bête apparaître au-dessus de la montagne. Gris ultra foncé, des nuages qui courent dans trois directions différentes, pleins d'éclairs et...un étrange voile opaque qui part des nuages jusqu'au sol.  Ok. Là, c'est du sérieux.  Heureusement, à une centaine de mètres, il y a une cabane d'autobus qui fait dos au vent. Go go go !!! À peine rendu, PAF! 10 minutes d'enfer. Un déluge où alterne pluie et grêle qui, nous l'apprendrons plus tard, était poussé par des vents de plus de 105 km/h. Un ouragans! Étant donné que nous étions un peu à l'abri, j'ai pu filmer un peu.


Malgré tout, on a tenu bon et on s'est rendu au bout de notre périple. Avec le temps qu'on a eu depuis notre départ le 5 mars, on est particulièrement fier d'avoir tenu bon. Mais, honnêtement, là, on se sent un peu usés. On ressent une grande joie d'y être arrivé, mais aussi d'avoir terminé pour prendre ça plus relax. 
Parlant de prendre ça relax, je vous écrit dans un lit super douillet d'un quatre étoiles avec vue sur la cathédrale de Fatima. À Porto, on a loué une Fiat 500X que nous retournerons à Lisbone après avoir visité les sites qui nous intéressent.

Des petites marques qu'on laisse traîner...

C'est ici qu'on devait brûler un vêtement mais c'est maintenant interdit. Bon, ok, ce n'est pas seulement parce que c'est interdit qu'on ne l'a pas fait, mais bien parce qu'il y avait deux policiers juste à côté.

5000km par là, c'est le Québec.

La fin de la terre...





La mythique croix du Finistère! Ouais, c'est vrai, je suis fier d'être rendu là...

Douce matinée dans le port de Fisterra.

Un dernier adieux à Santiago. Oups, j'aicomme un doute. Est-ce vraiment un DERNIER adieu ?

Un autre chapitre qui se termine...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés