Bientôt sur notre terre natale

Vendredi, Jo voulait arpenter les Champs Élysés alors, go for it! Une p´tite toune de Joe Dassin avant de partir pour se mettre dans l'ambiance. On fait une petite visite à l'église de la Madeleine, cette étrange bâtiment près de l'opéra qui ressemble au Panthéon de Rome.
En après-midi, on est allé voir le film "Timbuktu". Ouille! Pas pour tous. Mais, dans la situation actuelle, je trouve que ce film démontre bien à quel point les djihâdistes sont encore plus pénible pour ceux qui pratiquent la religion musulmane que pour les occidentaux. Généralement, Jo et moi avont des vues plutôt différentes sur la façon de gérer ces situations. Habituellement, elle préconise le libre choix et la discution. Mais cette fois-ci, en discutant du film devant un café, elle a soudainement choisi l'autre option; la mienne. C'est pour dire...

À une certaine époque, les ouvriers de la construction étaient fiers de leur travail, et n'avaient pas peur de le signer. Ça a beaucoup changé...

Y'a de l'espoir.

MA dame devant Notre-Dame

Un aide mémoire...

Depuis une semaine, on redécouvre Paris, les recoins qu'on ne connaissait pas, ou peu. Les églises, les rues cachées, les cafés, et les milliers de calories qui nous attirent à chaque coin de rue. Bien sûr, on a revu nos classiques:Le Louvre, la Seine, l'arc de triomphe, le cimetière du père Lachaise. Mais aussi, on a été au cirque "Diana Moreno Bormann", le plus vieux cirque de France. On y découvre aujourd'hui la sixième génération d'artistes du cirque. C'est pas le cirque du soleil c'est certain, mais de voir ce cirque multigénérationnel sous un vieux chapiteau, c'était génial.

Plus étonnant que la Joconde...

...la foule qui s'entasse pour la photographier

Un des très nombreux superbes plafonds du Louvre.

J'ai bien aimé cette peinture de Napoléon, par Paul Delaroche, en 1848. Elle m'a touché parce que c'est une représentation de Bonaparte franchissant les Alpes en 1800. Plus précisément, il traversait le col du grand Saint-Bernard avec ses troupes. C'est au même endroit que nous avons traversé au mois d'août. Son regard mélancolique démontre bien son désarroi lors de cette traversée. Cette peinture est admirable par son authenticité. Remarque que sa monture n'est pas un magnifique étalon blanc mais un...mulet. En effet, les rutilants destriers de guerre n'auraient pas survécus à cette épreuve.

Au père Lachaise, on a croisé cette tombe. C'est celle de Bernard Verlhac, dit Tignous, une des victimes de l'attentat de Charlie Hebdo.

Le symbole de la France, pendant ses cinq minutes de scintillement.

Demain, jeudi, on se rend à notre hôtel tout près de l'aéroport. On sera plus près pour prendre l'avion vendredi matin. Et oui ! Notre épopée tire  sa fin...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés