Les Hautes-Sieyes

Vendredi 6 février
C'est aujourd'hui qu'on quitte Aix pour repartir à l'aventure. Direction, Digne-les-bains. Problème de bus, on doit faire un détour par la gare TGV pour y prendre un bus direct vers Digne. En arrivant, Chantale et Jean-Hugues nous rejoigne à la gare pour nous faire faire un rapide tour de repérage dans la ville, puis on part vers les Hautes-Sieyes, là où se trouve leur hameau, le "Nid d'aigle". En soirée, on soupe avec eux, en écoutant le fascinant réçit de leur aventure avec cet endroit. En gros, il y a une quarantaine d'années, il ont acheté ces bâtiments en ruine, et les ont tranquillement restaurés pour en faire leur maison et un gîte. Quel réçit inspirant. Ça ressemble beaucoup au projet qu'on a depuis quelques années. Ça ressemble même étrangement. On dirait que Dieu nous fait un clin d'œil en nous disant "Vous voyez, ça se peut. Découragez-vous pas...". 
Pour voir un peu de quoi ça a l'air, tu peux aller voir ce site:
http://dignois.fr/Hautes-Sieyes/

Samedi 7 février
C'est jour d'épicerie et de visite de la ville de Digne. On a trouvé une carte qui suggère un circuit découverte à pieds. Ça nous permet de voir les vieux quartiers, et les nouveaux secteurs commerciaux. Ici aussi, les églises sont verrouillées. Dans le vieux, on rencontre un monsieur d'origine italienne qui nous raconte un peu son histoire, et celle de ses parents immigrants qui cherchaient du travail dans les années 30.  Vers 16h00, quand le soleil baisse, ça commence à être frais alors rentre au bercail.

Dimanche 8 février
Superbe journée. Petit dej avant de partir, puis on prend l'auto pour se rendre à la co-cathédrale de Digne pour assister à la messe.  Par la même occasion, on visite cette belle église romane qui abrite encore quelques vieilles fresques. Ensuite, on se paie un ciné pour voir "une nuit au musée". Drôle et divertissant. Retour au nid pour une soupe chaude et, ensuite, on part vers le nord pour marcher vers le village de Courbon, le seul et unique village au bout du chemin. En entrant, un panneau indique " Vous êtes arrivé au village, toutes les voies sont sans issues". Le trajet pour s'y rendre est tout en douceur, soleil superbe et vue magnifique sont au rendez-vous. Sur le retour, on croise un couple qui faisait sa ballade dominicale avec un chien, une chèvre et...un cochon! Ça fait drôle de voir cette équipe se suivre sur un chemin de campagne.
De retour au chaud, on relax devant un beau feu avant de souper.

Lundi 9 février
Aujourd'hui, premier jour de travail, en échange du logement et d'autres avantages. Chantale et Jean-Hugues nous explique ce qu'il y a à faire, et c'est parti. C'est très bien. Un peu à l'intérieur, un peu à l'extérieur. On le fait à notre rythme, au grés du temps. C'est un beat qui me plait. Tout se fait, mais sans stress. On en fait un bout, quand on est tanné on passe à autre chose, pour y revenir plus tard, ou demain. 

Mardi 10 février
Encore une journée ensoleillée. Le matin, je travaille à l'intérieur pour monter un meuble genre Ikea. L'après-midi, je continue de casser de la roche au jack-hammer pour éventuellement enterrer un tuyau. Ça fait vraiment bizarre de travailler dehors en t-shirt en février. Ici, c'est un peu comme fin avril début mai chez nous au Québec. Jo, elle, s'est vu confier la noble tâche de faire un bon nettoyage dans la chapelle qui se trouve juste à côté. Une noble romane du XI ième siècle sur laquelle tu peux avoir de l'info en visitant ce site:
http://dignois.fr/Hautes-Sieyes-chapelle/
Dieu avait demandé à François d'Assise de rebâtir son Église, et maintenant à Jo de la nettoyer. Pas si mal...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés